Société Internationale pour l'Etude des Femmes de l'Ancien Régime

Portrait en gros plan

Une femme à l'affiche

Marie-Jeanne L'HERITIER
350e année de sa naissance
(1664-1734)
Portrait d'Etienne Desrochers, vers 1697, Bnf.

 

A decouvrir
Une notice en ligne par Allison Stedman
L'édition de ses Oeuvres meslées (1696) disponibles sur Gallica
L'édition critique de ses Contes par Raymonde Robert dans la "Bibliothèque des Génies et des Fées", tome 2, Paris, H. Champion,  2005.
 
 
Adhésion 2014
 
 
 
 
 
 

 

À la une

  • Parution de notre Ă©diteur partenaire Garnier Classiques

    Christine de PIZAN : Le Livre des epistres du debat sus le Rommant de la Rose

    Édition d’Andrea Valentini, Paris, Classiques Garnier, « Textes littĂ©raires du Moyen Ă‚ge », 29, 2014, 381 p.

    Le prĂ©sent volume fournit l’Ă©dition critique des lettres que Christine de Pizan a Ă©crites contre le Roman de la Rose, d’après le manuscrit le plus rĂ©cent contrĂ´lĂ© par l’auteure. Il prĂ©sente en outre pour la première fois un ample glossaire et une vaste Ă©tude linguistique du texte.

    Andrea Valentini est médiéviste, spécialiste de l’histoire du français, maitre de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle, membre fondateur de l’association GSL (Genres, sexualités, langage).

    Dans son introduction historico-littĂ©raire, Andrea Valentini Ă©voque le "fĂ©minisme" de l’Ancien RĂ©gime, qu’il appelle "de la vague zĂ©ro". Son Ă©tude linguistique du texte soutient une vision anti-essentialiste et s’oppose ainsi Ă  celles et ceux qui considèrent que la langue de Christine de Pizan serait fĂ©minine.


    En savoir plus +

  • Marguerite de Valois 1615-2015

    400e anniversaire de sa mort : SociĂ©tĂ© Henri IV - SIEFAR - UMR 5037 (Histoire de la pensĂ©e classique).

    Colloque international à l’occasion du 400e anniversaire de sa mort
    Château de Nérac – 23-24 octobre 2015
    SociĂ©tĂ© Henri IV — SIEFAR (SociĂ©tĂ© internationale pour l’Ă©tude des femmes de l’Ancien RĂ©gime) â€” UMR 5037 (Institut Claude Longeon, UniversitĂ© Jean Monnet, Saint-Étienne)

    Argumentaire :
    Dernière fille de Catherine de MĂ©dicis et d’Henri II, celle qui fut brièvement « reine de France et de Navarre » avant de mourir « Reine Marguerite » (1553-1615) n’a guère laissĂ© indiffĂ©rente sa postĂ©ritĂ© ni, avant elle, ses contemporains. L’actualitĂ© politique s’était chargĂ©e de placer au centre des conflits de la fin du XVIe siècle cette sĹ“ur des trois derniers Valois, catholique mariĂ©e au protestant qui allait devenir le premier Bourbon Ă  monter sur le trĂ´ne ; et de la ramener Ă  Paris après le « dĂ©mariage » royal. Elle y Ă©tait morte vĂ©nĂ©rĂ©e, entourĂ©e d’une cour de savants, d’écrivains et de femmes de lettres, avant de trouver une cĂ©lĂ©britĂ© posthume liĂ©e au best-seller que furent ses MĂ©moires, parus en 1628. Et elle allait, transformĂ©e en personnage de fiction dès la fin du XVIIe siècle, devenir un vĂ©ritable mythe sous le nom de « Reine Margot », par la grâce d’Alexandre Dumas père. 

    Ce n’est toutefois que depuis une vingtaine d’annĂ©es que cette princesse hors du commun, longtemps enrĂ´lĂ©e malgrĂ© elle dans diffĂ©rentes controverses du dĂ©bat public français, et surtout longtemps confondue avec le personnage du grand romancier, est redevenue un sujet d’étude. Quelques thèses, un colloque et une centaine de nouveaux articles lui ont Ă©tĂ© consacrĂ©s ; ses Ă©crits ont fait l’objet d’une Ă©dition critique (dont un volume de correspondance contenant près de 150 pièces inĂ©dites) ; ses MĂ©moires ont Ă©tĂ© rĂ©cemment traduits en russe et redonnĂ©s en anglais ; un site Internet lui est dĂ©diĂ© depuis 2010. Marguerite de Valois est cependant loin de bĂ©nĂ©ficier de toute l’attention qu’elle mĂ©riterait, tant de la part des historiens que des philosophes, des littĂ©raires et des historiens de l’art. Des pans entiers de son existence, de son influence, de son mĂ©cĂ©nat, de ses relations demeurent mal connus, et elle se voit rĂ©gulièrement reprise dans la lĂ©gende frelatĂ©e qui lui sert de notoriĂ©tĂ© depuis le milieu du XIXe siècle. 

    Le quadri centenaire de sa mort paraĂ®t une excellente occasion de faire le point sur le personnage surgi de ce renouvellement des recherches, en mĂŞme temps que d’approfondir les connaissances qui lui sont attachĂ©es. Le colloque pourrait s’intĂ©resser :
    . Ă  la femme politique, associĂ©e Ă  diffĂ©rentes paix (Sens, NĂ©rac, Fleix…), engagĂ©e dans diverses alliances (avec le duc d’Anjou et roi de Pologne ; avec son Ă©poux ; avec son frère cadet) ; partie prenante dans le complot des Malcontents ; combattante pour son propre chef dans la dernière guerre civile ; ralliĂ©e Ă  Henri IV ; engagĂ©e en faveur de Marie de MĂ©dicis…
    . Ă  la « femme d’affaire », nĂ©gociant les Ă©changes de sa dot, gĂ©rant ses terres et ses revenus, nĂ©gociant son « divorce », rĂ©cupĂ©rant le comtĂ© d’Auvergne, discutant de ses pensions, lĂ©guant ses biens…
    . Ă  la croyante : catholique tolĂ©rante, partisane de la Contre-RĂ©forme, fondatrice, protectrice, contestataire…
    . Ă  la philosophe, partisane du nĂ©oplatonisme dans son mĂ©cĂ©nat comme dans ses Ă©crits, lectrice de textes hermĂ©tiques ; 
    . Ă  la « patronne des lettres et des arts » de ses diffĂ©rentes cours, commanditaire d’œuvres, de traductions, de bâtiments ; organisatrice de concerts, de reprĂ©sentations théâtrales ; Ă  l’origine de recueils de poĂ©sie, d’œuvres Ă©crites Ă  plusieurs mains…
    . Ă  la femme « privĂ©e », fille, sĹ“ur, Ă©pouse, amante, amie, mentor… aimĂ©e, utilisĂ©e, malmenĂ©e…
    . Ă  l’autrice des MĂ©moires, de la DĂ©claration du roi de Navarre, du discours sur l’excellence des femmes, des poĂ©sies, des lettres ;
    . à l’inspiratrice de chroniqueurs, de pamphlétaires, d’historiens, de romanciers, de poètes, de dra­maturges, de librettistes, de cinéastes…
    . Ă  la femme objet de fantasmes, ou saisie dans des controverses nationales : comme « Valois-MĂ©dicis », tĂ©moin de la Saint-BarthĂ©lemy, femme politique, opposante Ă  la Couronne, croyante, femme savante, « femme libre »â€¦

    Les propositions de communications (1 page maximum, accompagnée de quelques lignes présentant son auteur/autrice) sont à faire parvenir à Éliane Viennot (colloque.marguerite2015@gmail.com) avant le 30 septembre 2014.


    En savoir plus +

  • Parution de notre Ă©diteur partenaire Garnier Classiques

    Mme de Murat : Journal pour Mademoiselle de Menou

    Edition Geneviève Clermidy-Patard
    Paris, Honoré Champion, 2014, 355p., 44 €, ISBN 978-2-8124-2571-4

    Le Journal pour Mademoiselle de Menou est la partie principale du manuscrit 3471 de la bibliothèque de l’Arsenal, qui regroupe des textes inĂ©dits de Mme de Murat. Il tĂ©moigne des audaces d’une femme de lettres maintenue en marge de la sociĂ©tĂ© par le pouvoir royal.

    The Journal pour Mademoiselle de Menou is a major part of manuscript 3471 (Arsenal Library), which gathers together previously unseen texts by Mme de Murat. It testifies to the audacity of a woman of letters kept at the margins of society by royal power.


    En savoir plus +